En application des mesures gouvernementales de lutte contre la propagation de la COVID19, le passe sanitaire est obligatoire pour accéder au musée de l'Orangerie à partir du 21 juillet pour toutes les personnes de 18 ans et plus. La réservation est obligatoire : billetterie

Nu drapé étendu

  Nu drapé étendu

Nu Drapé étendu se démarque de la série des Odalisques par la grande simplification du décor réduit à un rideau rouge, à un drap blanc neutre qui recouvre le canapé et à un ou deux coussins. Comme le laisse entendre le titre, Matisse dans ces nus, met plus l’accent sur le corps de la femme que sur ce qui l’entoure. Les contours sont fortement soulignés de noir. La culotte bouffante blanche est prétexte à faire du volume. Le peintre met l’accent sur les plis du flanc droit du modèle soulignés de rose qui font écho aux plis du pagne. La composition est toute en angles : ceux des coudes et des genoux, ceux des coussins. Même les traits du visage sont plus anguleux qu’à l’accoutumé.
Le nu est représenté dans une pose que Matisse affectionne : jambes repliées, bras relevés derrière la tête. La posture bras levés permet de mettre en valeur le volume des seins. Matisse a peint une autre version de ce nu intitulé Nu étendu, avec le même décor mais dans une posture différente qui met beaucoup plus en valeur les courbes du corps féminin.

Provenance : Paul Guillaume en 1929 ; Domenica Walter