Jusqu'au 14 septembre 2020, seules les salles des Nymphéas sont accessibles.
Réservation obligatoire pour tous les visiteurs. Billetterie
Toutes les informations sur les conditions d'accès et de visite sont à retrouver ici.

Magritte en plein soleil. La période "Renoir" 1940-1947

Exposition du 10 février au 21 juin 2021

Les musées d’Orsay et de l’Orangerie organisent une exposition consacrée à la "Période Renoir" de René Magritte, engagée à partir de 1943 jusqu’en 1947.

Première exposition à montrer de façon complète un chapitre de l’œuvre de Magritte encore largement méconnu, elle permet de confronter les œuvres de Magritte à celles d’Auguste Renoir qui l’ont inspiré.
Convaincu que la défaite des troupes allemandes à Stalingrad est annonciatrice de la défaite définitive de l’Allemagne nazie et de la fin prochaine du conflit mondial, Magritte se voit en prophète du bonheur et de la paix retrouvée : "…le beau côté de la vie serait le domaine que j’explorerais. J’entends par là tout l’attirail traditionnel des choses charmantes, les femmes, les fleurs, les oiseaux, les arbres, l’atmosphère de bonheur. Etc … c’est un charme assez puissant qui remplace maintenant dans mes tableaux la poésie inquiétante que je m’étais évertué jadis à atteindre." écrit Magritte à Paul Éluard en 1941. 

Magritte restera fidèle à ce style "solaire" jusqu’en 1947 et produira une cinquantaine de tableaux, autant de gouaches et un nombre considérable de dessins – illustrant Sade, G. Bataille, Éluard et Lautréamont. Loin de la considérer comme une "passade", Magritte accorde assez d’importance à sa "Période Renoir" pour en faire le support d’un projet de réforme en profondeur du Surréalisme. À cette fin, il adresse en octobre 1946 à André Breton son "Manifeste pour un Surréalisme en plein soleil". La fin de non-recevoir qu’oppose André Breton à ce programme de rénovation du Surréalisme conduit Magritte à "liquider" la "Période Renoir" dans un feu d’artifice provocateur et cynique qui prend la forme, en 1948, de sa "Période Vache".

L'exposition réunit une soixantaine de peintures et une quarantaine de dessins. Elle s’ouvre sur quelques œuvres de la fin des années Trente dans lesquelles Magritte exprime l’imminence de la guerre et de désastres. Les tableaux de la période "Renoir" de Magritte sont mis en regard avec des chefs-d’œuvre de Renoir, des peintures contemporaines de Picabia et d’autres pièces, notamment de Jeff Koons, qui permettent d’esquisser une postérité à cette production peu connue.

 

Commissaire
Didier Ottinger
, Conservateur général et directeur adjoint du Musée National d'Art Moderne-Centre Pompidou, Paris