Le musée est fermé jusqu’à nouvel ordre. Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire. Nous vous remercions de votre compréhension.

Contrepoint contemporain / Isabelle Cornaro. L'intervalle des images

Contrepoint 6

1er juin – 6 septembre 2021

La peinture de paysage est un des genres majeurs de la peinture occidentale depuis le début de l'époque moderne, période dont Isabelle Cornaro avait fait sa spécialité au cours de ses études. Depuis, elle travaille parallèlement la vidéo, l'environnement, la sculpture, la peinture ou la scénographie qui lui offrent de multiples possibilités d'analyser et de dévoiler dans ses œuvres la structure et la composition des représentations.

isabelle_cornaro_lintervalle_des_images.jpg

Isabelle Cornaro, Blue Spill, solo show, MRAC, Sérignan 2018. Courtesy the artist and Balice Hertling, photo Annick Wetter.

À proximité des Nymphéas de Claude Monet et dans la salle contemporaine, elle propose deux pièces inédites et spécifiques en écho à la présence immédiate des peintures du vieux maître de Giverny et aux espaces elliptiques qu'il avait lui-même conçus. Les Séquences de Cornaro sont le résultat de coupes dans de grandes compositions constituées du moulage en bas-relief et en un seul bloc d'objets divers à la fois banals et iconiques. L'artiste les conçoit comme le cadrage partiel d'une image d'ensemble, à la fois champs et hors-champs de la séquence suivante qui présente des différences et des répétitions, composant dans un mouvement cinématographique un panoramique interrompu. Ce processus de "recadrage" souligne le rapport ambigu entre objet et image.

Interrogeant ce qui intéresse le regard au-delà des particularités et des différentes modalités d'expression, elle conçoit pour la salle contemporaine du musée de l'Orangerie une installation, inscrite dans la série des Paysages, librement adaptée des pastorales classiques. Monet avait inventé une formule originale et novatrice du paysage en peignant le chef d'œuvre des Nymphéas et en imaginant sa présentation comme une forme de première installation immersive. Cornaro, suivant cet exemple, interprète la tradition au travers du prisme de l'art minimal et de la présentation de collections d'objets qu'elle choisit, classe et ordonne. "Le vocabulaire de l'exposition (cimaise, colonne, socle, plateforme), observe-t-elle, est indexé sur la géométrie et l'abstraction de la grille perspective, réduction schématique d'un espace idéal, apparue au début de l'expansionnisme européen. Les objets ready-made, le plus souvent représentatifs de différents moments et économies de la culture européenne, fonctionnent autant comme des éléments formels dans un ensemble abstrait, que comme des figures".

Isabelle Cornaro, après des études d'histoire de l'art et une formation artistique à l'École des Beaux-Arts à Paris ainsi qu'au Royal College of Arts à Londres, a obtenu le prix Ricard en 2010. Elle a montré son travail régulièrement (Musée d'art moderne de Paris, Centre Pompidou, Palais de Tokyo, Foksal Gallery à Varsovie, South London Gallery, Kunsthalle de Berne…) et a également été invitée à plusieurs reprises à concevoir des scénographies.