Monday, 16 December, 2019
Due to the transport difficulties, the opening of the Musée de l'Orangerie may be disrupted.
The museum will close at 5pm (last entrances 4.30pm). Thank you for your understanding.

La Nouvelle Babylone

Anarchie et cinéma
À la fin du XIXe siècle, les idées libertaires se propagent et gagnent les milieux artistiques. Le jeune cinéma ne tarde pas à porter lui aussi cette séduisante conception de la société. À l’occasion de l’exposition consacrée à Félix Fénéon, anarchiste engagé dès 1886, le musée de l’Orangerie s’interroge sur la manière dont le cinéma a véhiculé ces idées nouvelles à travers une sélection de films de fictions tournés, pour certains, du vivant de Fénéon et d’oeuvres plus récentes préludant ou accompagnant les évènements de mai 1968.


LA NOUVELLE BABYLONE
Réalisation : Grigori Kozintsev et Léonid Trauberg
Musique : Dimitri Chostakovitch
URSS, 1929, noir et blanc, muet, 1h33
Durant la Commune de Paris (1871), un jeune couple déchiré par les barricades : Louise, vendeuse au grand magasin La Nouvelle Babylone, est une communarde ; son fiancé, le soldat Jean, combat dans le camp opposé… Malgré le message anticapitaliste de ce film soviétique tourné en 1929, les autorités de l’URSS en interdisent la projection. À vingt-deux ans, Dimitri Chostakovitch crée pour La Nouvelle Babylone sa première musique pour le cinéma. Une révolution musicale et cinématographique.