Focus collection / Henri Rousseau

3 avril – 2 septembre 2019

La paisible étrangeté des banlieues d’Henri Rousseau

La banlieue et ses paysages mornes ou laborieux, semi-industriels, deviennent un motif littéraire ou artistique récurrent à partir des années 1890, et ce, à mesure que l’urbanisation s’étend et que le mouvement ouvrier et anarchiste s’implante dans ces zones. Ainsi, certains artistes au réalisme poétique ou engagé tels que Jean-Charles Cazin, Maximilien Luce ou Paul Signac peignent la modernité mélancolique de ces faubourgs.

Un tableau d’Henri Rousseau, de 1897, montre une fabrique de chaises d’Alfortville, ville nouvelle. En 1907, il saisit le même motif avec ses transformations, répondant à la demande d’amateurs. À l’écart d’un regard exalté sur le monde moderne récemment implanté, sans nostalgie d’un paradis campagnard perdu, le Douanier Rousseau préfère décrire les lieux qui lui sont familiers dans leur banalité.

La fabrique de chaises

Henri Rousseau dit Le Douanier (1844-1910), La Fabrique de chaises, 1897
Huile sur toile. H. 38 ; L. 46 cm. Paris, musée de l'Orangerie © RMN-Grand Palais (musée de l'Orangerie) / Franck Raux

Le musée de l’Orangerie, dans la salle dédiée aux focus sur les collections, se concentre sur ces deux tableaux, montre leur place dans la production de l’artiste, certaines de leurs sources et l’intérêt qu’ils ont suscité dans l’avant-garde du début du XXe siècle.

Afin de préparer ou de compléter votre visite, retrouvez la présentation détaillée de l'accrochage.