Monet – Clemenceau : une amitié

Lecture théâtralisée
À 80 ans passés, Claude Monet et Georges Clemenceau sont liés d’une amitié exceptionnelle. Ils se soutiennent, s’exhortent, se fâchent. Tous deux à l’apogée de leur gloire s’accrochent à la vie avec passion, Monet par la peinture, Clemenceau par ses voyages autour du monde. Et c’est Clemenceau qui convainc Monet de livrer au grand public, une dernière commande monumentale pour laquelle l‘état fera aménager l’Orangerie afin d’y accueillir Les Nymphéas offerts par Monet au lendemain de l’armistice de 1918, en symbole de paix et à la gloire de la France. Monet mourra en 1926 sans voir l’installation de son oeuvre, véritable testament artistique, dans les salles de l’Orangerie inaugurées en 1927 par Clemenceau.
Le face à face puissant et émouvant des deux hommes est tiré de leur correspondance.

Fabrice Roy, écriture et mise en scène
Christian Bouillette et Jean-Gabriel Nordmann, comédiens